Judith LEYSTER, une artiste féministe du 17ème siècle

#female, #nadianadege #art #portrait #sculpture #highrelief #selfie #autoportrait #selfportrait #creativeclass #journaling,

LEYSTER JUDITH (1609-1660)

Peintre néerlandaise, Judith Leyster fut l’une des rares artistes féminines de son temps à sortir de l’ombre. Parmi ses œuvres les plus connues figurent des portraits, des peintures de genre et des natures mortes.
Fille d’un brasseur, baptisée le 28 juillet 1609 à Haarlem, non loin d’Amsterdam, Judith Leyster commence à peindre à un très jeune âge et, à vingt-quatre ans, devient membre de la guilde des peintres de sa ville natale. Elle traite alors des sujets tels que les scènes de divertissements dans des tavernes et les portraits de musiciens, et réalise des scènes de genre domestiques. Elle travaille peut-être dans l’atelier de Frans Hals, à moins que, selon le poète Samuel Ampzing, elle ne se forme au côté du portraitiste Frans Pietersz de Grebber. L’influence de Hals sur l’œuvre de Judith Leyster n’en demeure pas moins manifeste, notamment dans le style jovial et spontané de ses portraits et des scènes de la vie quotidienne qu’elle affectionne. Son intérêt pour le style ténébriste de l’école d’Utrecht est manifeste dans l’utilisation des sources de lumière dans ses toiles, comme dans La Proposition (1631), dont la scène est éclairée à la lueur d’une bougie. La majorité de ses œuvres datées sont réalisées entre 1629 et 1635. En 1636, Judith Leyster épouse le peintre de genre Jan Miense Molenaer (vers 1609-1669) et part vivre avec lui à Amsterdam. Elle a très probablement assisté son mari dans son travail.
Nombre des toiles de Judith Leyster ont été attribuées à des contemporains masculins. Ses œuvres les plus connues sont Le Couple heureux (1630), La Proposition et Le Joueur de flûte (vers 1635). Judith Leyster est inhumée le 10 février 1660 à Heemstede, près d’Amsterdam.
Bien connu de son vivant, l’œuvre de Judith Leyster est tombé dans l’oubli après sa mort, jusqu’à l’acquisition par le musée du Louvre en 1893 du tableau La Joyeuse Compagnie (1630) dont l’appartenance était incertaine et qui favorisa de nouvelles recherches sur l’œuvre du peintre. En 1993, le musée Frans Hals à Haarlem et le musée d’Art de Worcester ont consacré une rétrospective à l’œuvre de Judith Lester.