Amour haine entre artiste et galériste

Je constate régulièrement que les galéristes s’attendent à ce que les artistes leur soient livrés pieds et poings liés. Ces professionnels de la diffusion montrent une face enthousiaste dans un premier temps et souvent tombent amoureux des oeuvres. Mais ils cherchent ensuite à s’approprier les oeuvres en expulsant l’artiste de l’espace.  À leurs yeux, l’artiste doit se présenter démuni, passif, voire soumis et se remettre dans les mains du diffuseur en aveugle. Le galériste vit toujours très mal le fait de devoir communiquer avec un artiste organisé, articulé, structuré, sûr de la direction que doit prendre sa création et responsable de la forme que doit prendre sa représentation dans le monde matériel et dans la société. Pourquoi ne sont-ils pas capables d’entretenir une relation d’affaire saine et équitable et de baser leur communication sur les objectifs communs ? 

Julia Cameron, auteur de Libérez votre créativité, parle des Artistes-Fantômes en présentant ceux qui n’assument pas d’être artistes et vivent leur vie artistique par procuration. Au travers des créations des autres artistes, galéristes, commissaires, antiquaires out agents entourent les artistes en leur faisant miroiter monts et merveilles. Puis insidieusement et le plus souvent inconsciemment, ils tentent de museler l’artiste pour prendre symboliquement sa place. « De jeunes artistes timides, qui ajoutent à leurs propres peurs celles de leurs parents, abandonnent souvent leurs rêves ensoleillés de carrière artistique, s’installant dans le monde crépusculaire des regrets. C’est là, pris ente le rêve d’agir et la peur d’échouer, que naissent les artistes-fantômes » 

« L’artiste contemporain se situe à la frontière du matériel : il crée tel un démiurge, il transforme la matière, vit dans l’angoisse perpétuelle de l’inspiration, de la réalisation et de l’acceptation par les autres de son message artistique. Son audace créative, à la limite de la folie, provoque, choque mais porte un message. En marge de la société, il attire celle-ci qui rêve d’évasion. » L’auteur est un expert judiciaire qui retrace son expérience du conflit entre artistes contemporains et galeries. Il exprime un point de vue fort intéressant sur la dichotomie entre création et commercialisation. http://www.gillesperrault.com/blog/artiste-et-galeriste-de-l’enthousiasme-au-conflit/