Petits trucs pour donner du pep à sa démarche artistique…

Venir du domaine littéraire me permet d’avoir une vision plus textuelle des arts visuels. Et parfois c’est un réel plus quand il s’agit d’écrire sur mon art. Je lis aussi beaucoup sur ce qu’en disent d’autres artistes… voici donc un petit condensé des meilleures idées pour donner un coup de blush à votre démarche.

  1. Démarrez fort. Évitez les sempiternelles phrases d’introduction comme : « Ma démarche artistique est… » ou bien « Mon travail consiste à… » ou encore « Mes oeuvres s’inspirent de… ». Trouvez une phrase qui accroche l’attention immédiatement et qui plonge votre lecteur dans le vif du sujet.
  2. Écrivez moins. On a tendance (moi la première) à en écrire trop long. On devrait (moi la première) pouvoir résumer notre démarche en moins de six phrases. Plus facile à dire qu’à faire… mais possible. Short and sweet !
  3. Mettez plus de contenu et moins de décoration. Beaucoup de démarches artistiques ne contiennent pas suffisamment d’information réelle sur votre pratique et sur votre intention. Choisissez de décrire concrètement ce que vous faîtes et ce que vous visez.
  4. Surveillez la cohérence. Il faut que ce que l’on voit de vos oeuvres correspondent à ce qu’on lit de votre démarche. Utilisez un vocabulaire qui qualifie vraiment votre travail.
  5. Faîtes critiquer votre travail par un expert : commissaire, jury, historien d’art, professeur, voire un bon journaliste. Vous allez pouvoir vérifier ce que l’on dit de vous par rapport à c que vous dîtes de vous.
  6. Contrôlez la facilité de lecture. Le meilleur test est de présenter votre démarche à un enfant… qui doit comprendre ce que vous lui expliquez. Ensuite demandez-lui de reformuler. Vous gagnerez quelque formulation vraiment neuve et inspirante.
  7. Faîtes vous relire et réviser. Fautes d’orthographe et de syntaxe n’ont pas leur place dans votre texte de démarche artistique. Pour la traduction, faîtes appel à un professionnel. Votre démarche est votre argumentaire de vente… pensez-y !
  8. Terminez fort. Votre dernière phrase doit créer un désir chez votre lecteur, celui d’en savoir plus. 


N’oubliez jamais que vous écrivez une démarche pour un lecteur, pas pour vous. Et que vous poursuivez un but face à ce lecteur, celui de retenir son intérêt. 


Une démarche artistique joue le même rôle qu’un CV – pas plus, pas moins : le CV ne vous donne pas de job mais permet seulement de décrocher une entrevue. La démarche artistique ne vous donne pas de contrat d’exposition, mais ouvre à une découverte de vos oeuvres – et peut-être à la naissance du désir de vous connaître en tant qu’artiste. Il reste à votre lecteur à faire le pas pour vous contacter…


Bonne chance !


PS Pour tout coaching concernant votre démarche artistique, vous pouvez me contacter pour une session d’une demi-journée par Skype ou en face-à-face. Renseignez-vous au 450-465-5388 ou nadia.nadege@gmail.com