Canicula


Canicule vient de Canicula, qui signifie « petite chienne », l’autre nom de l’étoile Sirius (Sothis en grec, Sopdet en égyptien). Sirius est l’étoile principale de la constellation du Grand chien, la plus brillante du ciel après le Soleil (mais observable dans notre ciel seulement durant l’hiver…)

La légende la plus connue autour de Sirius est celle des Dogons du Mali avec laquelle les anthropologues ont fait un lien vers les hiéroglyphes égyptiens représentant des baleines. Les Dogons ont raconté l’histoire suivante: des êtres sont arrivés au Mali, il y a 500 millions d’années, à bord d’une soucoupe volante. Des géants en sont descendus. Ils ont creusé un trou dans le sol dans lequel ils ont mis de l’eau. Ensuite, des individus ressemblant aux dauphins et aux baleines sont à leur tour descendus du vaisseau et ont plongé dans l’eau. Les baleines leur ont raconté qu’elles venaient de Sirius. Les Dogons affirment que les baleines leur ont transmis une multitudes d’informations pour la race humaine. Leur visite a tellement marqué les Dogons que depuis ce jour, tous les 27 juillet, cette tribu du Mali fête le nouvel an. C’est plus ou moins à cette date que se situe le levée héliaque de Sirius. Sirius serait notre constellation jumelle dans l’espace. Nous évoluerions en parallèle, dans l’espace et dans nos consciences.

L‘histoire ésotérique de l’Egypte est intimement liée à Sirius et à Orion. Dans la pyramide de Kheops, le puits sud d’aération de la chambre de la Reine ou la Chambre du sarcophage est pointé vers Orion tandis que le puits nord de cette même salle est orienté vers Sirius. Ces deux axes représenteraient notre lien avec l’étoile. Les Égyptiens voyaient en Sirius l’Étoile du Nil ou l’Étoile d’Isis. L’astre à cette époque se levait juste avant l’aube au moment du solstice d’été. Les crues bienfaitrices du Nil avaient lieu juste après cet événement, provoquant une reconnaissance particulière à l’étoile, au point de l’associer au culte de la déesse Isis.

Sirius était le chien du ciel pour tous les anciens. Les Chaldéens la nommaient L’Étoile du Chien en tête, les Babyloniens l’Étoile du Chien, les Assyriens et les Akkadiens le Chien du soleil. Les Chinois voyaient en elle un loup et les aborigènes d’Australie un aigle. Les Grecs et les Romains traitaient Sirius comme un bâtard enragé au lieu de le sacraliser, car son lever héliaque annonçait l’arrivée de la canicule estivale. Ils pensaient qu’elle donnait la fièvre aux hommes et qu’elle rendait les chiens fous et c’est la raison pour laquelle on parle encore aujourd’hui de Canicula, le nom romain de Sirius.

Pour terminer dans le contexte de notre beau Québec, quatre canicules ont été observées en 2005 dans les régions de Montréal et Ottawa : 16 journées avec une température maximum quotidienne de 30°C, égalisant le record de l’année 1955. Bon été !