Savoir contacter les journalistes



Savoir contacter les journalistes
Par Nadia Nadège ©® 2008

Il est toujours payant de prendre les devants pour contacter un journaliste.
Bien sûr, on contacte le journaliste lors da la diffusion de ses communiqués de presse.
Ne serait-ce que pour s’assurer que le destinataire a bien reçu le document.
Ensuite pour s’assurer qu’il le publiera ou s’enquérir de ce dont il a besoin pour qu’il choisisse d’en faire un article à publier.
Finalement pour le convaincre que le sujet proposé intéresse son lectorat.

Contacter régulièrement les journalistes



L’expérience démontre que reprendre régulièrement contact avec les journalistes éveillent leur curiosité et créent une habitude de recevoir de l’information.
Encore faut-il présenter et proposer des informations actualisées, des nouveaux faits ou de nouveaux chiffres ou encore une information suffisamment sensationnelle ou émotionnelle pour accaparer son attention.

Créer une information intéressante pour les médias


· Les organismes communautaires sont de véritables terrains d’observation des familles et des populations puisqu’ils œuvrent le plus souvent pour compenser les manques sociaux et économiques
· Les dirigeants et administrateurs oublient trop souvent qu’ils détiennent donc, non seulement une influence notoire sur la vie économique et sociale, mais surtout des informations directes et toujours d’actualité
· Les responsables de la communication et des médias sont les mieux placés pour traduire la connaissance du terrain en informations intéressantes pour les journalistes

· Par exemple :



o Les statistiques sont une source riche d’information – en autant qu’on prenne la peine de les constituer et de les interpréter
o Les interviews des personnes sur le terrain – en autant qu’on les transforme en reportages vivants et touchants
o Les personnalités qui soutiennent le milieu communautaire – en autant qu’on les interroge et qu’on en fasse le portrait sous un angle nouveau et valorisant dans l’objectif de publier leur témoignage
o Les élus à tous les niveaux gouvernementaux – en autant qu’on les interroge dans le but d’en faire publier les témoignages

Avoir le sens de l’actualité et du timing



Le calendrier est fondamental.
Bien sûr, on ne maîtrise aucunement le temps quand il s’agit de la destruction des tours jumelles ou des catastrophes naturelles ou aériennes qui jalonnent notre actualité.
Mais connaître les rythmes de l’actualité et tenir compte des événements extérieurs est fondamental.
Il y a des périodes de l’année où le journaliste MANQUE d’informations. En profiter pour proposer des sujets accompagnées de photographies.
Si un événement prend toute l’actualité, il est opportun de reporter une conférence de presse – voire la diffusion d’un communiqué.
Il est préférable de ne pas contacter les journalistes en fin d’après-midi lorsque l’heure du bouclage est proche. Appelez plutôt en milieu de matinée lorsqu’il fait sa revue de presse. Évitez les lundis matins qui sont souvent consacrés aux réunions avec les rédacteurs.
Apprenez à connaître les rythmes des journalistes qui sont dans votre fichier de presse. Les quotidiens, les hebdomadaires, les mensuels ne vivent pas au même rythme – de même que les locaux par rapport aux nationaux. Les radios et les télévisions ont des habitudes de travail qui leur sont spécifiques. Enfin, la presse communautaire et gratuite subit les pressions et contraintes les plus importantes.
Dans votre fichier de presse devraient figurer des fiches aux noms de chaque journaliste que vous contactez régulièrement : elles indiquent non seulement tous les éléments de type Outlook mais renseignent aussi sur dates et heures de tombée, dates et heures de publications, secrétaire de rédaction, affectateur, périodes creuses, statut du journaliste (permanent ou pigiste)…

La conférence de presse



Il s’agit d’un moyen de liaison avec la presse très puissant mais plus délicat à manier.
Ne pas en abuser et s’assurer qu’un communiqué de presse ne peut pas utilement la remplacer.
Ne pas surestimer les éléments d’information à divulguer.
De même, ne pas s’attendre à une réaction massive et constructive de la part des médias.
Les journalistes ne répondent pas toujours à l’appel ou peuvent se lancer dans un interrogatoire déplaisant.
L’avantage de la conférence de presse est de vous donner l’opportunité de créer une tribune avec les journalistes, en direct et personnalisée.
Il est impératif de fournir une information exhaustive, complète, personnelle. Vos dirigeants et vos administrateurs sont présents, sélectionnés en vertu de leur capacité d’orateur en public et de leur aptitude à passionner un auditoire.
Une conversation avec les journalistes est beaucoup plus personnalisée qu’un communiqué.
Une conférence de presse a sa raison d’être lorsque :
· On illustre, on informe, on rassure ou on milite lors d’une gestion de crise.
· On revendique, on manifeste ou on apporte de nouvelles informations sur un sujet brûlant dans l’actualité.
· On offre et on dévoile de nouvelles informations – de type sondage d’opinion ou étude statistique significative, sur un sujet de société.
· On annonce un événement prestigieux ou la participation de personnalités célèbres – bien évidemment, s’assurer de la présence de la vedette en question.
Une version alternative de la conférence de presse est le déjeuner de presse.
Cette forme de conférence peut aussi être organisée en tant que petit-déjeuner de presse ou dîner de presse.

Le commentaire et la rectification



De plus en plus de journaux, revues, magazines désirent donner la parole à leurs lecteurs. Ces rubriques sont en général placées dans des endroits stratégiques et recueillent plus de succès de lecture que l’on pourrait l’imaginer.
Se faire l’abonné des lettres à l’éditeur, des cartes blanches, des avis des lecteurs, etc… permet de diffuser un message en se signalant au public. L’avocat ne doit jamais hésiter à écrire au rédacteur en chef ou au journaliste si il a une vue différente ou des arguments à faire valoir ou encore des informations pouvant compléter un reportage.
Toutefois, dans le cadre de rectification, il peut s’avérer utile pour le long terme de l’opérer sur le modus diplomatique en faisant une mise au point avec l’auteur de l’article afin qu’il corrige lui-même son propos ou un fait. Le « droit de réponse » ne doit réellement être utilisé qu’en présence d’un journaliste ou d’une ligne rédactionnelle de mauvaise foi et peu conciliante.
En maîtrisant cette « hygiène relationnelle », vous voilà fin prêt à gérer efficacement vos relations avec les médias et la presse.




Publié pour la première fois pour ANV


Septembre 2008