Nadia Nadège et sa démarche artistique

Extrait du Musée Arto

Ce qui m’a toujours amené à un travail de création artistique est ce besoin de DIRE au-delà de la limite même des mots. Les conversations sont les sources premières des conflits et querelles parce que chaque être humain comprend à sa manière le sens des mots utilisés en fonction non seulement de son éducation ou de sa connaissance plus ou moins fidèle de la définition des termes utilisés mais aussi et surtout en fonction de sa culture, de ses traditions et coutumes, de ses buts avoués et cachés…

S’ajoutent à cela le momentum émotionnel, affectif et social qui fait réagir l’individu aux contextes dans lesquels sont utilisés les mots. Dans un monde qui n’est en fait qu’un réseau de conversations, l’art visuel est un moyen d’expression qui permet les interprétations uniques et originales, les expériences directes et tout à fait personnelles, un lien libre et puissant entre émetteur et récepteur.

Par la création en art visuel, le message essentiel qui traverse toutes mes œuvres est la glorification de la Vie : instinct de vie, joie de vivre, force vitale – voire instinct de survie. Mon intention est que mes toiles éveillent puissamment des émotions, des vibrations, des sensations qui font que le spectateur de mes œuvres se sent ému et touché et, de ce fait – se sente connecté aux autres êtres vivants autour de lui. Parce qu’il se sent présent au mouvement de la vie, il expérimente une forme d’unité et de liberté et s’ouvre à communiquer à son tour et à sa manière.

La spontanéité, l’authenticité, le sens du VRAI guident ma quête artistique mais le désir de ressentir le vivant (et de le faire ressentir à l’autre) le plus profondément possible m’amène à un paradoxe apparent : lorsque je sature les couleurs, exagère la perspective, choisis un gros plan ou une contre-plongée, je franchis les limites de l’intégrité du réel pour transposer, transformer voire déformer mes perceptions de la réalité observée afin de provoquer un impact immédiat vers mon spectateur – voire un voyage dans une réalité imaginaire ou imaginée. C’est aussi la raison pour laquelle j’aime l’abstraction, source infinie de multiples regards.

Dans un univers normalisé par la mondialisation et contraint par les indices de performance, dans un univers excessivement télévisuel perverti par le phénomène du vedettariat à outrance, être une artiste est une déclaration et une défense du droit à la libre expression personnelle, individuelle, originale, unique originant d’un travail manuel et physique et inspiré par l’observation de la Nature.

Mon regard est positif, émerveillé, constructiviste et universel – militant pour la protection de la beauté de notre planète, l’appropriation des cultures comme une conscience d’identité, la transmission des savoirs-êtres aux plus jeunes par les ancêtres… et la création de possibilités futures pour réussir à transformer le présent.