Hommage a la beauté pure, pour VOIR

170 artistes nous proméneront dans leurs paysages intérieurs et leurs visions contemporaines de notre monde en mouvance. Un monde en mouvements… Le mouvement qui ne peut que se perpétrer par le corps de même que la reproduction de la race humaine ne peut se faire que par le sexe. Sexe et sensualitè seront au rendez-vous du Festival des arts à travers les figures corporelles et les représentations des matières et des formes. J’ai fini par lire DA VINCI CODE et au-delà des questions religieuses, j’ai tant aimé que cet ouvrage me donne envie de revenir voir toutes ces oeuvres censées renfermer le nombre d’or et les proportions de la beauté parfaite… et le corps est une beauté parfaite en soi. Une perfection de machinerie comme une perfection de fonctionnement. Que l’art y revienne démontre le lien de l’artiste avec son propre outil. Car sans corps, point de création. Sans cerveau, point d’imagination. Sans main pour tenir un pinceau (bien que certains peignent avec la bouche quand ils n’ont plus de main), sans laisser aller le mouvement du corps pour traduire le mouvement de l’esprit, point de peinture ou de sculpture… Retourner voir les oeuvres de Leonardo Da Vinci me fait découvrir une modernité que les oeuvres de Flinsch dont l’humour transparait rapproche du grand Maître des Anciens. L’amour du corps mascullin comme Leonardo les aimait aussi, la représentation de sa puissance – allez voir Männerbilder en tapant ce mot sur le moteur de recherche Images… Le corps qui nous permet d’être vivant, de ressentir les joies et les peines du vivant, de transmettre émotions et opinions par le biais des créations. Et l’amour du corps de son propre sexe comme une recherche d’un miroir mais aussi comme un hommage à sa propre identité. Peter a-t-il trouvé enfin qui il est ? les hommes finiront-ils jamais la quête de leur double ? Les artistes sauront-ils un jour percer le mystère des proportions sacrées pour atteindre la beauté PURE ?