Edwin Holgate. pour Voir

Quand on lit sur sa vie dans le Groupe des Sept, on peut voir comment Edwin Holgate cherchait à ne choquer personne, à rester dans la norme, à produire un art « acceptable »… Il n’est guère facile de créer en permettant de faire se rencontrer le besoin de s’exprimer authentiquement, le besoin de survivre (donc de vendre ses peintures) impliquant le besoin de plaire, le besoin d’appartenir – à son groupe, à sa culture, à son école artistique… Il n’est guère facile de créer sans compromis et d’éviter en même temps de tomber dans la destinée dramatique de l’artiste maudit qui est trop en avance sur son temps (parfois trop en retard) pour être apprécié par ses pairs… Quel dommage que ceux qui achètent de l’art, que ceux qui viennent regarder de l’art, que ceux qui (rarissime mais cela arrive) soutiennent l’art ne puissent imaginer un seul instant combien cela demande intérieurement de créer – ce qui est un geste solitaire par excellence – pour montrer – qui rend ce geste public. Pourquoi Edwin se retrouve-t-il dans un Musée aujourd’hui ? Parce qu’il est mort et sans droit d’auteur actif ? Parce que son style a plu à un conservateur ? Parce qu’il ne dérange personne par son art plutôt propre…