Steven Lamb : on ne voit bien qu’avec l’humour !

Un grand gaillard à la voix douce et au regard de Petit Prince débarqué de sa planète pour apprivoiser ces drôles d’humains… voilà la première impression que donne Steven Lamb. Dés l’âge de 14 ans, il choisit clairement la voie de l’artiste comme s’il empruntait la voie du guerrier pacifique, avec l’intime conviction que sa mission est de transmettre une certaine vision de la vie. Une vision qui ferait du bien au monde…

Né en Bulgarie en 1958, formé aux beaux-arts et à l’illustration à Sofia, sa ville natale, il complète son cursus en Allemagne dans diverses disciplines (techniques de la peinture allemande, anatomie, lettrage, illustration et peinture) avec des professeurs reconnus dont Peter Schtelzman qu’il considère comme son meilleur guide, après les grands maîtres Toulouse Lautrec et Honoré Daumier.

Créant des séries de personnages – dont la silhouette ronde fait penser à Botero – et de scènes de rues proches du style naïf, il classe ses créations par sujets : musiciens, scènes d’hiver, gens du cirque, joueurs, danseurs, plein air ou pratiques sportives…

« Je ne dirai pas de mon art qu’il est de style naïf mais plutôt de l’école grotesque, qui correspond à un style de peinture allemande, nous dit Steven. Les gens ont tous tendance à vouloir se montrer sous leur meilleur jour : plus intelligent, plus gros, plus fort, plus performant… et ils se prennent au sérieux. Regardez le tableau intitulé Le 4ème ténor : voilà nos 3 chanteurs d’opéra célébrissimes accompagnés du cochon qui se prend lui aussi pour un ténor simplement parce qu’il s’est affublé d’un nœud papillon ! J’aime plaisanter à propos du comportement humain… faire sourire, voire rire sur notre nature humaine, aider à ne pas se prendre au sérieux pour une vie plus légère. »

Steven marque de son humour par de petits animaux, discrets mais combien présents autour de ses personnages, qui révèlent malgré eux ces gens en représentation d’eux-mêmes, grâce au lien avec la nature, la spontanéité et l’authenticité animales. Ainsi, une coccinelle se balance au bout de la baguette d’un chef d’orchestre, l’araignée tisse son fil sur l’archet du violoniste ou les pingouins claquent des pattes autour du violoncelliste. « Regardez ce musicien triste parce que seul et sans public… avec les pingouins qui applaudissent par leur marche automatique mais n’ont en fait aucune idée de qui se passe ici. »

Travaillant à plat 80% du temps du fait de la fluidité des matériaux utilisés, l’artiste combine plusieurs techniques pour obtenir des effets doux et rugueux, mat et brillant, sombre et lumineux – le plus souvent directement sur contreplaqué. S’inspirant de photographies prises dans les vieux quartiers, il pose des tracés rapides aux crayons de couleurs puis renforce son dessin par du trait sombre au pinceau fin.

Après avoir transposé son dessin final sur le bois ou la toile montée sur bois, il s’emploie à créer des textures en incorporant du sable, travaillant à la brosse ou à la spatule pour ses ciels gris et ses façades de maisons ou pour les fonds de ses personnages. Puis il finalise avec la peinture à l’eau et les pastels pour les détails, afin d’atteindre un doux rendu et une transparence lumineuse – en particulier dans les visages de ses personnages.

Ses paysages urbains se veulent au-delà du temps, évoquant une certaine nostalgie. « L’atmosphère du Vieux Montréal par exemple me rappelle les vieilles pierres de ma Bulgarie natale, dit-il. Et je regarde les badauds, les amuseurs de rue, les calèches mais aussi les cartes postales anciennes avec les tramways comme il y en avait à Sofia.

Mais je laisse les costumes sans distinction nette du 19ème ou du début du 20ème siècles… juste assez pour donner une impression de passé. Pour exprimer cette nostalgie que je ressens moi aussi, du fait que je ne suis ni d’ici ni d’ailleurs, d’une mère bulgare et d’un père grec, ayant grandi dans différents pays, émigré sur un autre continent, avant tout citoyen du monde. »

Les regards de ses personnages ont ceci en commun qu’ils regardent tous ailleurs – vers le haut ou sur le côté mais jamais en face. La joueuse de cartes par exemple prend sa face de joueuse de poker et semble même montrer les atouts qu’elle a en mains mais son regard se tourne vers l’oiseau sur son chapeau (qui a vu toutes les cartes des adversaires et va lui souffler des conseils) comme Pinocchio écoutant la voix de sa conscience Jimmy le Cricket.

En fait, ses personnages regardent à l’intérieur d’eux-mêmes, semblant chercher leurs mots ou donner forme à leurs pensées… comme Steven qui avoue aimer méditer à la découverte de son for intérieur, travailler seul dans le silence, s’observer dans le processus de créer, cherchant à se relier au grand Tout « comme Bouddha prêchant la Voie du Milieu par la tolérance et la conscience de soi ». Même ses scènes de rue sont empreintes de cette méditation du promeneur solitaire.

Prolifique et généreux, Steven Lamb a produit près de 300 œuvres en 9 ans, priorisant dans les deux dernières années les petits formats, dont on peut voir les tableaux au Balcon d’art à Saint-Lambert sur la rive Sud de Montréal. Dans le futur, il souhaite privilégier une approche encore plus expérimentale et intégrer par exemple l’huile à ses combinaisons de mediums.

Aspirant à revenir aux grands formats et à une nouvelle série de personnages, il affirme, rêveur : « Ma façon de contribuer au monde est d’enseigner – à ma façon – à mettre une touche d’humour sur notre humanité, à voir comme nos paradoxes sont en fait amusants si on ne se prend pas au sérieux et comment nous pouvons à tout moment rire de nous-mêmes. Tout le monde porte des masques et ça n’est pas un grand problème… si nous savons que nous portons des masques et que nous nous autorisons – quelquefois – à montrer un bout de notre vraie nature. »

par Nadia Nadège
publication pour la première fois dans Magazinart en 2005